Comment ouvrir un gîte ou une chambre d’hôtes : 7 étapes indispensables

Accueil » Conseils » Comment ouvrir un gîte, une chambre d’hôtes ?

Vous avez décidé de sauter le pas et de concrétiser votre rêve ? Ouvrir un gîte ou une chambre d’hôtes est une aventure passionnante, à condition de savoir s’y prendre de la bonne manière. Avec ses 90 millions de visiteurs annuels et l’attrait croissant des Français pour le tourisme de proximité, notre pays regorge de possibilités en termes de location saisonnière. Pour ne pas passer à côté de ces opportunités commerciales, nous avons créé ce guide qui vous explique étape par étape comment ouvrir un hébergement touristique chez l’habitant, qu’il s’agisse d’un gîte ou d’une chambre d’hôtes. 


1 – Etudiez votre projet avant d’ouvrir un gîte

Le succès d’un gîte ou d’une chambre d’hôtes repose sur des fondations solides. On ne se lance pas à l’aveugle ! Si vous voulez optimiser vos chances d’attirer des vacanciers, il est important d’étudier votre projet en amont. C’est une manière de structurer votre offre, d’avoir une idée précise des obstacles et des difficultés auxquelles vous pourriez faire face, mais aussi de définir une offre adaptée et pérenne avant d’ouvrir votre gîte ou votre chambre d’hôtes. 

L’élément clé de votre création de projet s’appelle l’étude de marché. Dans le cadre de l’ouverture d’un gîte ou d’une chambre d’hôtes, on y retrouvera les points suivants : 

👉 Une analyse du secteur :

Il est important de prendre le pouls des tendances du marché de la location saisonnière, ne serait-ce que pour vous faire une idée générale du secteur. Le Centre de documentation Économie Finances met à disposition de nombreuses ressources sur les chiffres clés du tourisme en France, tandis que l’Insee reste la référence en termes de statistiques économiques. Recueillez un maximum d’informations : quelle type de clientèle loue des gîtes et des chambres d’hôtes ? Quels sont les prix moyens pratiqués par type d’hébergement ? L’offre est-elle saturée ? Quel est l’impact de la saisonnalité sur la demande ? Etc.

Attention, car chaque territoire a ses spécificités qu’il convient d’appréhender avant de choisir où installer votre hébergement. Certains chiffres peuvent être plus difficiles à obtenir à l’échelle départementale. Il peut être alors intéressant de se rapprocher des partenaires locaux pour vous épauler dans vos démarches. Gîtes de France®, qui possède des antennes partout en France, met ses experts à disposition des propriétaires d’hébergements touristiques afin de les aider à mieux s’adapter aux contraintes locales. 

👉 La concurrence directe :

Listez les concurrents directs (chambres d’hôtes ou gîtes) qui peuvent mettre en difficulté votre activité. Pour chacun d’entre eux, listez leurs forces et faiblesses, analysez leur offre, leur zone de chalandise, les services qu’ils proposent, leur politique tarifaire, leur positionnement, leur réputation, leurs méthodes de communications, etc. Il vous sera alors plus facile de mettre en place une stratégie de différenciation gagnante

👉 La concurrence indirecte :

Même principe qu’à l’étape 2, mais en se concentrant cette fois sur la concurrence indirecte, comme les campings et les hôtels. Vous devez vous demander si ces établissements représentent une menace pour vous, et si oui, pourquoi ? Leur offre est-elle plus adaptée à la clientèle qui voyage dans la zone ? Les tarifs sont-ils plus compétitifs ? Tirez-en des conclusions et enrichissez votre proposition de valeur afin de réussir à concurrencer ces acteurs touristiques.  

👉 Une étude de terrain nécessaire pour ouvrir un gîte :

C’est une étape qui est souvent négligée, mais qui peut pourtant s’avérer cruciale dans la réussite de votre futur projet. Une enquête de terrain consiste à partir à la rencontre de votre future clientèle pour en savoir plus sur ses habitudes de consommation et ses attentes avant d’ouvrir votre gîte ou maison d’hôtes. La méthode la plus courante consiste à réaliser une analyse quantitative par le biais d’un questionnaire à remplir. Voici quelques éléments que vous pourriez essayer de recueillir auprès des personnes interrogées : 

  • Quelle part de leur budget dépensent-elles dans le logement lors d’un voyage ? 
  • Quels types de services considèrent-elles comme indispensables au sein d’un hébergement touristique ? 
  • Que recherchent-elles dans un gîte ou une chambre d’hôtes ? Le confort ? L’envie de se sentir « comme à la maison » ? L’échange humain avec l’hôte ? 
  • Quelle(s) méthode(s) de réservation privilégie-t-elle ? 

Un conseil : faites en sorte que votre questionnaire puisse être rempli en ligne. Cela vous permettra de le diffuser plus facilement et de toucher un nombre plus important de personnes (voire même des étrangers, qui constituent une clientèle touristique importante).

2 – Définissez votre offre

Maintenant que vous avez une connaissance plus approfondie des tendances et des enjeux de votre secteur, il est temps d’entrer dans le vif du sujet. Durant cette étape, vous allez décider de la nature de votre projet. A commencer par le type d’hébergement que vous souhaitez ouvrir. Gîte, maison d’hôtes, gîte de groupe, hébergement insolite… les possibilités sont nombreuses. 


Une fois que vous avez choisi votre type d’hébergement, vous allez dessiner les contours de votre proposition de valeur. Cette phase est déterminante car c’est de là que va découler l’ensemble de votre offre. Vous devez vous demander : 

  • Quel type de clientèle je veux séduire (cible) ?
  • Comment vais-je parvenir à toucher cette cible ? 

Une fois que cela est clair dans votre esprit, vous pouvez adapter votre offre en fonction du type de clientèle que vous voulez attirer. Par exemple, les familles apprécieront les tarifs adaptés aux enfants, les activités ludiques, un environnement sûr (ex : cache-prises) et un équipement adapté (réhausseur, baignoire, peluches, etc.). Au contraire, attirer une clientèle aisée nécessitera d’offrir un cadre irréprochable, avec une literie de bonne qualité, une décoration soignée et un service au petit soin. Il s’agira donc de donner à votre établissement une âme qui colle avec l’image que vous voulez renvoyer à votre clientèle. 

Si vous avez du mal à identifier vos vacanciers cibles et à définir quels aménagements et services mettre en place pour eux, ne vous découragez pas ! C’est un processus difficile qui nécessite parfois l’aide de professionnels. Avec Gîtes de France®, vous bénéficiez d’un accompagnement et de conseils personnalisés tout au long de la création de votre projet. 

3 – Renseignez-vous sur la réglementation en vigueur

Avant de poser la première pierre de votre futur gîte ou maison d’hôtes, faites très attention au cadre législatif. Ce n’est certes pas l’étape la plus passionnante, mais la méconnaissance des règles qui régissent le secteur peut vous coûter cher. 

Le site gouvernemental Service-Public.fr fournit de nombreuses informations sur la réglementation des différents types d’hébergements touristiques. Quelle que soit la nature de votre activité, vous devrez systématiquement la déclarer en mairie et être redevable des impôts et taxes propres à la classification de votre bien. En revanche, chaque région, département et municipalités possèdent leurs propres règles en matière de location touristique (ex : la taxe de séjour) ; ce qui peut rendre la création d’un projet quelque peu… casse-tête. Par conséquent, les conseils fiscaux et juridiques sont au cœur de la démarche d’accompagnement   du réseau Gîte de France®. 

👉 Les normes ERP pour les gîtes de plus de 15 voyageurs :

Si vous décidez d’ouvrir un gîte dont la capacité d’accueil est supérieure à 15 personnes, il est obligatoire de vous conformer aux règles de sécurité d’un établissement recevant du public (ERP). Cette mise au norme de votre hébergement demande des travaux d’aménagement – parfois importants – afin de garantir la sécurité et l’accessibilité de vos locaux. Pour lutter contre le risque d’incendies, vous devrez par exemple dégager des issues de secours, installer des extincteurs et des trappes d’évacuation de la fumée, etc. En ce qui concerne l’accueil des personnes à mobilité réduite (PMR), prévoyez notamment un accès simplifié aux sanitaires, l’élargissement des portes et l’installation de rampes.  

4 – Formez-vous au métier avant d’ouvrir votre gîte ou maison d’hôtes

Devenir propriétaire de gîte ou de maison d’hôtes, ça ne s’improvise pas ! Oubliez les mauvaises langues qui affirment que c’est un métier qui « s’apprend seulement sur le tas« , car c’est la meilleure façon de foncer droit dans le mur. 

En tant que gérant d’hébergement touristique, vous allez devoir mettre à l’épreuve vos compétences dans des domaines variés : gestion d’entreprise, fiscalité, comptabilité, hospitalité, cuisine, décoration, etc. La polyvalence est donc de mise. Heureusement, il existe de nombreuses formations courtes – parfois proposées par Pôle emploi ou par la Chambre de commerce et d’industrie – qui peuvent vous aider à acquérir des connaissances. Jetez un coup d’œil à votre Compte Formation pour connaître le montant des aides à la formation auxquelles vous avez le droit. Sachez aussi qu’en adhérant à un label, vous accédez à un programme de formations organisées pour les adhérents au réseau ; c’est un moyen de perfectionner votre savoir-faire mais aussi une occasion de rencontrer et d’échanger avec d’autres propriétaires plus expérimentés.

Une seule formation est obligatoire : si vous comptez servir des boissons alcoolisées dans le cadre d’une prestation de « table d’hôtes », vous devez obtenir un permis d’exploitation délivré par un organisme agréé à l’issue d’une journée de formation. 

5 – Faites-vous labelliser à l’ouverture de votre gîte 

En France, la labellisation d’un gîte ou d’une maison d’hôte n’est pas obligatoire, mais elle présente néanmoins de nombreux avantages pour votre établissement :

👉 Les bénéfices de la notoriété :

En devenant membre d’un label touristique, vous obtenez le droit d’usage de la marque, et votre hébergement devient de facto associé à son image. C’est un énorme avantage pour votre hébergement, surtout si le label bénéficie d’une notoriété importante. 

👉 L’expertise de professionnels à votre service :

Labelliser votre gîte ou votre maison d’hôtes, ce n’est pas qu’une affaire de prestige. Des professionnels expérimentés sont là pour vous accompagner à tous les stades de votre aventure, que ce soit pour obtenir des conseils sur les démarches administratives, la réglementation, la fiscalité, la rentabilité, l’aménagement ou encore la décoration. 

👉 Une distribution commerciale poussée :

La commercialisation multi-canale de votre hébergement est largement simplifiée par l’adhésion à un label. Votre logement sera notamment disponible via une centrale de réservation : celle-ci bénéficie d’un volume de visiteurs important et d’outils de réservation complets (paiement sécurisé, assurance annulation, édition des contrats, gestion des litiges, etc.). 

6 – Faites-vous connaître 

Le secteur de la location saisonnière est un monde concurrentiel. Face à l’offre pléthorique qui inonde le marché touristique, il est non seulement important de savoir se différencier (voir le point n°2) mais aussi d’optimiser la promotion de votre hébergement. Pour cela, nous en avons également parlé plus haut, l’adhésion à un label est un gage de visibilité précieux.

Ces structures ont souvent les moyens de mettre en place des campagnes de communications plus ambitieuses et plus efficaces que ce que vous pourriez réaliser avec un budget et un temps limité. De votre côté, pensez à soigner vos photos, en les faisant réaliser s’il le faut par un professionnel, car aujourd’hui des supports visuels de qualité sont indispensables pour garder la maîtrise de votre réputation en ligne.

N’hésitez pas non plus à vous faire accompagner pour renforcer votre présence digitale. Aujourd’hui, près de 60 % des réservations de séjours touristiques se font en ligne (Baromètre Opodo/Raffour Interactif 2020) ! Il est donc essentiel de posséder un site internet avec un moteur de réservation intégré, d’avoir des notions en référencement naturel et de savoir utiliser les réseaux sociaux. Vous pouvez aussi demander conseil à un professionnel ou à un expert appartenant à votre label. 

7 – Lancez-vous et ouvrez votre gîte !

Malgré les difficultés que vous pourriez rencontrer sur votre route, se lancer dans la création d’un gîte ou d’une maison d’hôte est un défi palpitant ! C’est une aventure humaine faite de rencontres, d’échanges et d’enrichissements. Dans ce secteur dynamique et en pleine transformation, vous serez constamment amenés à porter un regard nouveau sur votre métier ; l’ennui et la monotonie ne feront jamais partie de votre quotidien. Plus important encore, vous serez les représentants d’une tradition d’excellence, de cet « art de recevoir » qui font de l’hospitalité à la française l’une des plus réputées au monde.

Et puis un jour, tous vos efforts seront récompensés lorsque vous vivrez ce moment – inégalable – où vos clients, au moment du départ, vous offriront un sourire qui en dit long sur la qualité de leur séjour… 🙂

@SylvainGuillet

Vous avez encore des questions ?

Contactez notre Responsable Développement et Qualité pour lui présenter votre projet d’hébergement touristique : en tant que professionnelle de terrain depuis plus de 15 ans, elle saura répondre à vos interrogations et vous apporter les conseils dont vous avez besoin pour vous lancer.

A lire également

Un Commentaire

  1. Bonjour, ceci est un commentaire.
    Pour débuter avec la modération, la modification et la suppression de commentaires, veuillez visiter l’écran des Commentaires dans le Tableau de bord.
    Les avatars des personnes qui commentent arrivent depuis Gravatar.

Les commentaires sont fermés.