Les différences entre un gîte, une chambre d’hôtes et un meublé de tourisme

La législation française en termes d’hébergements touristiques n’est pas toujours facile à appréhender. Pour vous aider à mieux comprendre les différences entre un gîte, une chambre d’hôtes et un meublé de tourisme, nous vous expliquons quelles sont les caractéristiques propres à chacun de ces établissements.

Meublé d’habitation ou meublé de tourisme ? Il faut choisir !

Si vous êtes propriétaire d’un logement meublé et que vous souhaitez le mettre en location, deux possibilités s’offrent à vous : soit vous destinez votre bien à la location touristique, soit vous décidez de trouver un locataire à l’année. Selon le choix que vous faites, la nature de votre appartement ou de votre maison ainsi que la réglementation qui s’y rapporte diffèrent.

👉 Meublé d’habitation : une location à l’année

Si vous convertissez votre logement en meublé d’habitation, votre activité sort du cadre touristique et vous devenez un bailleur. Dès lors, la durée du bail doit être de 1 an minimum (9 mois si vous louez à un étudiant).

Le propriétaire et le locataire signent un contrat de location qui recense les droits et les obligations de chacun. De plus, pour pouvoir prétendre au statut de meublé d’habitation, le bien loué doit obligatoirement être aménagé avec un certain nombre de meubles, parmi lesquels :

  • Un lit avec une couette ou une couverture ;
  • Des plaques de cuisson ;
  • Un four ou un four à micro-onde ;
  • Un réfrigérateur ;
  • De la vaisselle et des ustensiles de cuisine ;
  • Une table et des sièges ;
  • Des luminaires ;
  • Etc.

👉 Meublé de tourisme : un logement pour les vacances

Il existe deux éléments importants qui distinguent le meublé de tourisme du bail d’habitation : premièrement, le locataire ne peut pas séjourner plus de 90 jours par an dans un meublé de tourisme et deuxièmement, il ne peut pas y élire domicile (location à caractère touristique).

Si vous en faites la demande, il est possible d’obtenir un classement pour votre meublé de tourisme, ce qui permet d’indiquer le niveau de confort et d’équipement à vos clients. Il existe 5 catégories qui vont de 1 à 5 étoiles. Pour faire une demande de classement, vous devez passer par un organisme accrédité tel que Gîtes de France, qui vous attribuera des étoiles en fonction des différents critères de classement officiels. 

Attention, car dans certains cas, transformer sa résidence secondaire en meublé de tourisme nécessite de réaliser une déclaration de changement d’usage. Dans les communes où la tension immobilière est forte, la location saisonnière est même soumise à une autorisation préalable du maire. Parmi les communes concernées par cette autorisation au changement d’usage en Loire-Atlantique, on retrouve :

  • Toutes les villes de plus de 200 000 habitants ;
  • Nantes
  • La Baule
  • Batz-sur-Mer

👉 Gîte et meublé de tourisme : existe-t-il une différence ? 

Le « gîte » est une appellation d’usage pour désigner un meublé de tourisme, le terme n’a donc pas de définition juridique à proprement parler. Il est courant d’imaginer que le gîte est rural et qu’il désigne principalement une maison rustique au style traditionnel. En réalité, il existe des gîtes partout et pour tous les goûts ! Aussi bien en ville qu’à la campagne, à la mer ou en montagne, etc. Que ce soit un studio, un appartement ou une maison, il suffit de respecter les normes et la réglementation des meublés de tourisme pour pouvoir louer son logement en tant que gîte. A la différence de la chambre d’hôtes, les personnes séjournant dans un gîte louent le logement en entier.

Attention, car si votre gîte est prévu pour accueillir plus de 15 personnes, il sera alors considéré comme Établissement Recevant du Public (ERP), dont la réglementation est différente. En effet, les obligations en termes de sécurité sont plus strictes et prévoient notamment des équipements spécifiques en cas d’incendie et des normes d’accessibilité aux Personnes à Mobilité Réduite (PMR). 

Chambre d’hôtes : qu’est-ce que c’est ?

ouvrir maison d'hôtes

Comme les gîtes et les meublé de tourisme, la maison d’hôtes est une formule d’hébergement touristique. La particularité de la maison d’hôtes est le partage des espaces de la maison entre le ou les vacanciers et les propriétaires des lieux.

Les vacanciers louent une chambre privative, comprenant toilettes et salle d’eau tandis que le reste de la maison est commun. De plus, l’accueil est assuré par le propriétaire du lieu. Une maison d’hôtes ne peut comporter que 5 chambres au maximum et ne peut pas accueillir plus de 15 personnes à la fois. Chaque chambre d’hôte donne accès à une salle d’eau et à un WC privatifs, communiquant et intégrés à la chambre.

Concernant les prestations incluses dans le prix d’une nuitée, on retrouve le petit-déjeuner et la fourniture du linge de maison. Les séjours en maison d’hôtes sont également souvent plus courts qu’en gîte : de nombreux propriétaires de maison d’hôtes acceptent les séjours à la nuitée.

Par ailleurs, les chambres d’hôtes sont soumises à certaines réglementations assimilées aux professionnels de l’hôtellerie, telles que l’obligation d’afficher les tarifs à l’extérieur et à l’intérieur de l’établissement, ainsi que la remise aux clients d’une note (date, numéro de la chambre occupée, durée de location, etc.) au moment de payer.  

👉 La table d’hôtes

Bien que ce ne soit pas obligatoire, le gérant d’une chambre d’hôtes a la possibilité de proposer le dîner à ses hôtes. On parle alors de « table d’hôtes ». Le but est de partager un moment convivial autour de la table familiale, grâce à un repas fait maison qui met en avant les produits du terroir et la gastronomie locale. Notez qu’un seul menu peut être proposé aux clients. Dans ce cas, les propriétaires partagent la table avec leurs hôtes ; cela nécessite une grande disponibilité.

Pour pouvoir servir des boissons alcoolisées au cours du repas, il faut posséder une licence de restaurant ou de débit de boissons. La licence III permet de servir du vin, de la bière, des liqueurs légères… tandis que la licence IV donne la possibilité de servir des alcools forts tels que le rhum, le whisky, le gin, etc. 

Bien entendu, toute manipulation de denrées alimentaires implique de respecter strictement les normes d’hygiène issues de l’arrêté du 9 mai 1995. Il est fortement recommandé de suivre une formation HACCP (Hazard Analysis Critical Control Point) afin de connaître les bons gestes en termes de sécurité alimentaire. 

👉 La labellisation d’une chambre d’hôtes

Il n’existe pas de classification officielle pour les chambres d’hôtes comme pour les meublés de tourisme. Néanmoins, il est possible de faire labelliser son établissement pour attirer un maximum de voyageurs en bénéficiant à la fois du prestige et de la visibilité commerciale du label de votre choix. 

En France, le label de référence pour tous les hébergements touristiques est le réseau Gîtes de France. Avec plus de 50 000 hébergements, 55 millions de vacanciers accueillis en 2021 et un volume d’affaires de près de 600 millions d’euros en 2021, le label Gîtes de France marque le tempo du tourisme français depuis plus de 60 ans. 

Pour la labellisation d’une maison d’hôtes, Gîtes de France utilise sa grille de classement nationale comprenant plus de 70 critères, afin de garantir le niveau de qualité qui a fait la notoriété du label. Un système de classement – qui va de 1 à 5 épis – est ensuite attribué à chaque structure pour une durée de 5 ans. 

Votre projet d’hébergement est désormais abouti et vous avez choisi la catégorie de location saisonnière que vous souhaitez ouvrir ? Il vous faut alors décider si vous faites classer votre meublé de tourisme ou si vous optez pour une labellisation.


Vous souhaitez en savoir plus sur le label Gîtes de France ? 

Prenez rendez-vous avec notre Responsable Qualité et Développement qui vous conseillera au mieux selon votre projet.

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.