Peut-on vivre d’un gîte ? 

Accueil » Conseils » Peut-on vivre d’un gîte ?

Avant d’envisager de se lancer dans la location saisonnière, tout porteur de projet se pose forcément la question suivante : peut-on vivre d’un gîte ? À cela, il n’y a pas de réponse simple à apporter. En effet, la rentabilité d’un gîte varie selon de nombreux éléments, qui dépendent aussi bien de facteurs contextuels que de votre capacité à mettre en place un projet solide.


1- Qu’est-ce qu’un gîte ?

Le terme de « gîte » est une appellation d’usage : son nom officiel est « meublé de tourisme ». C’est une location meublée et entièrement équipée qui se loue généralement à la semaine ou le temps d’un week-end (maximum légal de location pour un client de 3 mois). Le lieu est loué dans son intégralité par les locataires. 

👉 Quelle est la différence entre un gîte et une chambre d’hôtes ?

Une chambre d’hôtes est une chambre chez l’habitant, qui se loue à la nuitée et dont le tarif inclut également le petit-déjeuner. On parle de maison d’hôtes lorsque plusieurs chambres sont louées par le propriétaire. 

Le locataire partage les pièces à vivre avec le propriétaire, et peut se voir restreindre l’accès à certaines parties du bâtiment (ex : la cuisine). En outre, les voyageurs doivent respecter certaines règles de courtoisie, telles que le respect des horaires d’arrivée ou le silence après 22 heures.

chambre d'hôtes
Chambre d’hôtes
salon gîte
Salon d’un gîte

👉 Quels sont les différents types de gîtes ?

Selon l’emplacement du gîte, les services proposés ou encore ses caractéristiques spécifiques, le meublé de tourisme peut avoir des appellations variées :

  • Le gîte de campagne : concerne les gîtes ruraux, dans des endroits généralement calmes et caractérisés par la proximité avec la nature.
  • Le gîte de ville : si un gîte est situé dans un espace urbain, il est considéré comme gîte de ville et on parle alors de « Citybreak », marque créée en 2010 au sein des Gîtes de France® pour identifier son offre urbaine. Il s’agit d’hébergements situés dans une ville de plus de 20000 habitants qui offrent un accès facilité aux transports en commun, aux services et aux activités culturelles.  
  • Le gîte d’étape : les gîtes d’étape sont conçus pour héberger des randonneurs, des skieurs, des cyclistes… en leur proposant un toit et un service de restauration dans des endroits souvent isolés.  
  • Gîte de groupe : un gîte de groupe a une capacité d’accueil comprise entre 12 et 50 personnes. (Au-delà de 15 personnes, le gîte de groupe est classé dans la catégorie des « Établissements Recevant du Public ».
  • L’écogîte : le label Ecogîte, propre à Gîtes de France®, est donné aux hébergements respectueux de l’environnement. Il relève d’une volonté de promouvoir une vision éco-responsable de la location touristique. 
  • Gîte de charme : décoration soignée, élégance, intimité, équipements et services supplémentaires… sont autant d’éléments qui peuvent permettre à un meublé de tourisme d’avoir l’appellation « gîte de charme ». 
  • Gîte d’enfant : les gîtes d’enfants découlent là encore d’une initiative du label Gîtes de France®. Les gîtes d’enfants accueillent des enfants de 4 à 15 ans sans leurs parents, pendant les vacances scolaires pour profiter de séjours thématiques en pension complète et en petit groupe (15 participants maximum).
Quelques chiffres
👉 Selon les chiffres 2018 publiés par Statista Research Department, il y aurait plus de 45 000 meublés de tourisme en France, sur un total de plus de 500 000 hébergements touristiques.  
👉 Le taux d’occupation moyen d’un meublé de tourisme est de 30 %, soit 15 semaines par an (source : accueillir-magazine.com).
👉 Près de 70 000 établissements sont labellisés Gîtes de France® sur tout le territoire français. 

2- Quel budget pour ouvrir un gîte ?

rendez-vous adhérent
Nathalie Le Squer, notre Responsable Développement et Qualité en rendez-vous conseil

Premièrement, pour savoir si vous pouvez vivre d’un gîte, il faut commencer par déterminer combien il va vous coûter. En effet, sans cela, il vous sera difficile d’établir un budget prévisionnel grâce auquel vous pourrez établir une estimation de vos revenus nets (les dépenses moins les revenus). Il faut faire une distinction entre les dépenses de lancement, qui sont ponctuelles, et les dépenses récurrentes.

👉 Dépenses de démarrage

Lors de la création d’un gîte, vous devez investir une certaine somme pour lancer votre projet. Ces dépenses, souvent importantes, sont généralement amorties pendant les premières années de votre activité, et doivent donc être intégrées dans le calcul de votre budget. 

Les dépenses de démarrage varient selon chaque situation, mais peuvent par exemple inclure : 

  • L’achat d’un bien immobilier
  • La mise en conformité des lieux (hygiène, sécurité, etc.) 
  • Les éventuels travaux
  • L’achat du mobilier
  • La décoration
  • Le besoin en Fonds de Roulement (trésorerie)
  • Le budget communication (création d’un site internet, d’un logo, de cartes de visite, etc.)
  • La labellisation de votre hébergement
  • Les frais d’ouverture de compteurs (eau, électricité, gaz, etc.)
  • Les frais de notaire ou d’avocat (pour la signature des contrats ou des baux commerciaux)
  • Le stock de matières et produits (papier hygiénique, matières premières, produits de toilette, etc.)
  • L’achat de logiciel(s)
  • Etc. 

Bien entendu, cette liste est spéculative, c’est-à-dire que la nature et le montant des coûts de démarrage vont dépendre des spécificités propres à chaque projet. Cependant, elle montre l’importance d’avoir une vision globale des sommes à apporter en amont de l’ouverture du gîte, afin de ne pas se retrouver avec des dépenses inattendues qui viendraient alourdir la balance au dernier moment.  

👉 Dépenses récurrentes

Listez ensuite vos dépenses récurrentes. Les dépenses récurrentes concernent, quant à elles, les frais réguliers. Là encore, ils dépendent de chaque établissement mais aussi de vos choix personnels. On y retrouve par exemple : 

  • Les assurances (assurance habitation, assurance responsabilité civile professionnelle, assurance perte financière…)
  • Les frais d’eau, d’électricité, de gaz
  • Carburant et frais de déplacement
  • Abonnement téléphonique et internet
  • Cotisation label et office de tourisme
  • Commissions des plateformes de réservation
  • Salaire comptable
  • Loyer et charges locatives
  • Frais bancaires
  • Les cotisations sociales
  • Nettoyage des locaux et du linge
  • Cotisation foncière des entreprises (CFE)
  • Budget publicité et communication
  • Etc. 

3- Comment calculer la rentabilité d’un gîte ?

Ensuite, une fois que vous avez une idée des coûts liés à la création et au fonctionnement de votre gîte ou de votre maison d’hôtes, vous pouvez calculer votre seuil de rentabilité. Cette valeur correspond au chiffre d’affaires en dessous duquel vous allez perdre de l’argent et au dessus duquel vous allez en gagner (et donc pouvoir vivre de votre gîte). Facile, non ?

À partir de là, vous allez pouvoir alors mettre en place votre politique tarifaire, qui va prendre en compte ce seuil de rentabilité mais également les tarifs de la concurrence, le type de clientèle que vous voulez attirer, l’influence de la saisonnalité sur la demande locale, etc. Tout cela relève des réflexions issues de votre business plan, indispensable pour calculer adéquatement la rentabilité d’un gîte.

👉 Combien de gîtes pour pouvoir en vivre ?

Travaux de rénovation d’un gîte

Beaucoup de personnes se demandent à partir de combien d’établissements il est possible de se reposer financièrement sur l’activité de gérant de gîte(s). Ce point ne concerne donc pas ceux qui ouvrent un gîte pour obtenir des revenus complémentaires. 

La réponse est claire : tout dépend. Il est impossible de donner un nombre précis sans étudier en détail votre projet, qui varie d’un propriétaire à l’autre.

Plusieurs éléments peuvent avoir un impact sur la rentabilité d’un projet : l’emplacement des gîtes, le coût de l’investissement (Allez-vous acheter les biens ? Emprunter à la banque ? Réaliser des travaux conséquents ?), le taux d’occupation moyen, la saisonnalité, l’adhésion ou non à un label, etc. 

D’après les chiffres fournis par Immonot.com, le revenu moyen d’un gîte est de 8000 € par an, mais encore une fois, les variations peuvent être importantes selon chaque établissement. Il est toutefois réaliste d’espérer un rendement compris entre 8 et 12 000 € par gîte et par saison. 

4- Comment réussir à vivre d’un gîte ? 

Dans un précédent article, nous vous avions déjà parlé des 7 étapes indispensables pour ouvrir un gîte. Si vous voulez réussir à vivre de votre gîte, il est en effet important de mettre toutes les chances de votre côté. On vous livre donc quelques conseils pour maximiser vos chances de succès :

👉 L’emplacement

gîte vue mer

Dans le secteur de l’hôtellerie et de la restauration, si vous demandez quels sont les 3 points les plus importants pour faire fonctionner un établissement, on vous répondra souvent : «L’emplacement, l’emplacement et l’emplacement». Comme pour n’importe quel type d’hébergement touristique, l’emplacement est donc un facteur clé pour attirer la clientèle. 

Il s’agit tout d’abord de choisir un lieu attractif d’un point de vue touristique (ce n’est pas le choix qui manque en France), avec un volume de visiteurs important. Un point important : l’accessibilité. Il est préférable que votre clientèle puisse rejoindre votre gîte ou votre chambre d’hôtes facilement depuis une sortie d’autoroute ou une gare. De plus, s’il y a des lieux d’intérêt à visiter aux alentours, c’est encore mieux. 

Par ailleurs, intéressez-vous à la saisonnalité : un gîte au bord de mer pourra facilement viser un taux d’occupation de 100% pendant les mois les plus chauds, mais la location sera sûrement plus difficile en hiver. Tandis qu’avec un gîte en ville, il est plus facile d’optimiser le taux d’occupation annuel en raison du flux constant qui caractérise le milieu urbain.  

👉 La labellisation

En adhérant à un label, vous vous ouvrez de nombreuses portes, tout en vous différenciant de la concurrence. 

Non seulement votre gîte devient associé à la notoriété du label en question, mais vous vous assurez également une clientèle régulière, pour qui les établissements labellisés constituent une garantie de sérieux et de qualité. De plus, vous bénéficiez également d’un réseau solide, composé de professionnels et de propriétaires de gîtes qui peuvent vous accompagner à tout moment. 

Gîtes de France® constitue le label hébergement historique en France, et celui qui vous apportera certainement le plus de clients, mais il en existe d’autres. 

👉 La capacité d’accueil

Pour continuer, ne sous-estimez pas l’importance de l’espace dans votre gîte. Nombreuses sont les familles et les groupes d’amis qui sont à la recherche d’établissements avec une forte capacité d’accueil

Plus vous possédez de lits, plus vous optimisez vos bénéfices sur un même établissement. Ce n’est en effet pas la même chose de facturer 8 personnes à 15 € la nuitée pendant 1 semaine que 15 personnes par nuit pendant autant de jours (840 € de revenus pour 1 semaine de location avec 8 personnes, contre 1575 € de revenus pour 1 semaine avec 15 personnes.). En effet, sur l’ensemble de l’année, la différence peut être déterminante !

👉 Les équipements

Un excellent moyen de se démarquer de la concurrence et d’attirer un maximum de voyageurs dans votre établissement, c’est de proposer des équipements complets et variés. À vous d’être créatif et de vous adapter à la clientèle visée ! Voici donc quelques idées à envisager pour votre futur gîte (en addition de l’équipement de base obligatoire) : 

jardin équipé
  • Une connexion Wifi rapide
  • Des jeux de société, console de jeux vidéo, jouets pour les enfants
  • Une télévision avec des services de streaming, des DVD, des films à la demande
  • Des jeux d’éxterieur pour enfants
  • Un panier de bienvenue
  • Des hauts-parleurs de qualité pour mettre de la musique
  • Une piscine
  • Une bibliothèque avec des livres à disposition
  • Etc.

Pensez aussi à mettre l’accent sur la qualité du service. En effet, des horaires de check-in étendues, des conseils touristiques personnalisés, des transferts depuis l’aéroport… sont autant de petits plus qui peuvent faire toute la différence. Mettez particulièrement l’accent sur la disponibilité et la convivialité, deux aspects très importants aux yeux des voyageurs.

5- Quelles sont les aides pour ouvrir un gîte ?

👉 Les aides à l’emprunt 

Enfin, ouvrir un gîte nécessite souvent d’emprunter de l’argent auprès d’une banque. Il existe en effet de nombreuses aides à l’emprunt pour les professionnels qui créent une activité. 

Par exemple, le prêt à taux zéro (PTZ) financé par l’Etat permet d’obtenir un crédit immobilier sans devoir payer de taux d’intérêts ni frais de dossier. Le prêt d’honneur est quant à lui un autre prêt à taux zéro, cette-fois proposé à l’échelle régionale, qui est destiné aux créateurs d’entreprise avec un apport personnel limité. 

👉 Les subventions locales

Afin de dynamiser leur territoire, certaines régions ou départements français proposent enfin une aide financière pour l’ouverture d’un gîte. N’hésitez donc pas à contacter votre conseil départemental ou régional pour connaître les subventions auxquelles vous avez le droit. La nature et le montant des aides dépendent de chaque localité. 

Bien souvent, les subventions concernent uniquement les travaux de gros œuvre (murs, plafonds, sols, fenêtres, etc) et dépassent rarement 30 % du montant des rénovations à réaliser. Il faut aussi prendre en compte le fait que les aides sont versées après que les travaux soient terminés.

Conclusion : peut-on vivre d’un gîte ?

Alors, est-ce que vous devriez tout quitter pour ouvrir un gîte ? Face à la concurrence qui s’intensifie, certaines voix pourraient être tentées de vous décourager. Pourtant, si d’autres l’ont fait, pourquoi pas vous ?

La réponse à la question de savoir s’il est possible de vivre d’un gîte dépend de nombreux éléments, qu’il faut étudier au cas par cas pour pouvoir se faire un avis. Avant toute chose, veillez à réaliser une étude marché complète afin de ne laisser aucune place au hasard. 

Vous avez besoin d’accompagnement ? En rejoignant le réseau Gîtes de France®, vous bénéficiez non seulement de la renommée d’un label d’exception, mais aussi de conseils d’experts qui sont là pour vous soutenir à toutes les étapes de votre projet. 

Votre projet s’éclaircit mais il vous manque certaines clés ? Prenez rendez-vous avec notre Responsable Développement et Qualité !

A lire également